Les ERP intelligents de SAP savent s’entourer de technologies novatrices comme le Robotic Process Automation, le Machine Learning ou encore les interfaces conversationnelles. Nagarro Allgeier montre comment ces technologies peuvent transformer les ETI industrielles.

 

Aujourd’hui, les ETI industrielles doivent de plus en plus miser sur la transformation numérique pour gagner en productivité et proposer de nouveaux services. L’enjeu est d’adresser un nombre croissant de projets IT avec un budget inchangé. Une contrainte pour la mise en place d’un ERP. Et pourtant, les ETI sont en demande de simplification, d’optimisation et d’automatisation des processus apportées par les ERP intelligents.

L’utilisation de pré-packagés sectoriels permet de réduire le coût d’implémentation, et ainsi d’économiser du budget pour créer des services complémentaires. Le recours à des solutions en mode cloud est également un moyen de réduire l’enveloppe d’un projet ERP.

Beaucoup d’ETI considèrent malgré tout que les outils de RPA (Robotic Process Automation) et de Machine Learning restent hors de leur portée. L’expertise d’Allgeier permet de défricher ces sujets à travers son laboratoire d’innovation, puis de les démocratiser.

Robotisation et Machine Learning : natifs sur SAP S/4HANA

La première étape est de savoir montrer ce que SAP propose de manière native en matière d’automatisation au sein de SAP S/4HANA. Un outil autour duquel Nagarro Allgeier construit des cas d’usage, soit dans son laboratoire, soit en co-innovation avec ses clients… en respectant les best practices publiées par SAP.

Citons un premier exemple d’intégration réalisable à travers la solution SAP Intelligent RPA. Les filiales des PME sont souvent déconnectées de l’ERP. Elles tendent alors à gérer les processus d’achats et de ventes via des fichiers Excel. C’est également le cas avec les petits fournisseurs, pour lesquels la mise en place d’un EDI n’est pas pertinente.

Un chatbot se chargera de traiter les informations trouvées dans les pièces jointes des e-mails reçus, puis déclenchera les processus nécessaires au sein de l’ERP. L’intérêt de cette méthode est qu’elle permet de se passer d’un EDI, et que le chatbot pourra être piloté directement par un administrateur issu des équipes métier.

Faciliter le travail sur les sites de production

L’interface conversationnelle est une autre technologie susceptible d’intéresser les ETI industrielles. Un technicien de production, de maintenance ou de logistique travaille dans des conditions ne facilitant pas l’utilisation d’un ordinateur (port de gants, déplacements fréquents, etc.). Un smartphone ou une tablette peuvent simplifier l’interaction avec le SI. Le technicien se fait reconnaître visuellement par le terminal, puis lance ses commandes à la voix, auprès d’une interface conversationnelle.

La reconnaissance visuelle via une caméra de surveillance ou un smartphone est également une technologie clé pour les usines. Une simple photo permet de comparer une pièce au catalogue d’articles de l’entreprise. Ou même de gérer les stocks en temps réel, en relevant ce qui entre et sort de l’entrepôt. Les pièces seront alors reconnues sans saisie manuelle d’une référence dans une base de données. Autre cas d’usage, le contrôle qualité en sortie de chaîne de production.

Grâce à ces technologies (IA, ML, RPA…) les tâches administratives répétitives peuvent être automatisées, libérant ainsi du temps pour effectuer des travaux à plus forte valeur ajoutée. Et donc améliorer concrètement la performance globale de l’entreprise. 

Voir tous les articles